Visiteurs:23959493
En ligne:00017
Accueil   Espace échanges  
menu espace echange
Consultation des Echanges

1612 échanges avec Njoh Mouelle

1-PRISO EBOA P.E (Cameroun)  Posté le :14 janvier 2018 à 20:13:24
          Pr
Bon fin de w end
Souffrez que je revienne à écrits de manière transversale... pour solliciter votre avis sur…. Le bruitage fait autour des propos de Président D. Trump des USA sur l’immigration en qualifiant les pays de provenance des immigrés comme …ces pays de merde !
Prof je ne comprends pas l’indignation des Africains..Notamment celle du président Sénégalais M. SALL …. ALORS que nous avons-nous même mis nos pays dans la Merde !
Comment comprendre cette levée de bouclier qui, à mon avis, sonne comme un slogan …pour se faire bonne conscience ! Pourquoi les Africains sont-ils toujours dans le déni ?
En faisant le parcours des interrogations à vous adressées par les étudiants sur ce site… beaucoup reviennent sur votre œuvre… …de la médiocrité à excellence…
Sauf mauvaise appréciation de ma part, j’ai envie de dire que vos analyses sur l’Homme Africain … nous donnent à penser que, à Raison…, vous Prof, de l’intérieur, vous précédiez, via la critique de cet Homme Africain…Mr Sarkozy :
- Cet HOMME AFRICAIN …PASSIF qui n’est pas CREATIF Mais qui s’Indigne… lorsque le Président SARKOZY … dit qu’il n’est pas suffisamment entré dans l’histoire …: ce que je trouve vrai malgré les thèses des historiens qui citent le Prof Check Anta Diop pour justifier un passé glorieux qui, à ce jour, ne nous a pas souvent servi !
- Cet HOMME Africain ..qui S’Indigne lorsque le Président MACRON lui rappelle sa condition de PAUVRETE…. avec – des transitions démocratiques chaotiques/ des budgets exsangue/des démographies non maitrisées..avec 6 à 8 enfants par femme…
OR vous le dite aussi autrement en faisant le questionnement sur la vie du Pygmée et l’anecdote de l’hôtel…


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 15 janvier 2018 à 10:41:50)

          
Merci Cher Priso Eboa,
Découvrez donc ci-dessous, un extrait des réactions positives ayant fait suite à la publication sur ma page Facebook de ce que j'ai pensé des propos du président des USA. Lisez ça et vous verrez que ma réaction dirigée plutôt vers les Etats Africains qui réalisent rapidement l'union ( 54 Etats) quand il s'agit de leur amour propre blessé et se dispersent quand il s'agit de constituer un front uni sur des sujets sérieux. Vous avez raison de faire référence à ce que j'ai écrit dans mon Essai de 1970 intitulé "De la médiocrité à 'excellence".
Lisez donc:

Ebenezer Njoh Mouelle
13 Janvier, 11:01 •
54 Représentations d’États Africains aux Nations Unies à New York ont vivement réagi le 12 janvier, donc hier, contre les propos insultants et racistes du président "démocratiquement" élu ( il y a un an) des États-Unis. Nous aimerions bien retrouver une telle réelle UNION dans d'autres circonstances et notamment dans la protection des intérêts économiques et humains de l'Afrique! Puissions-nous voir bientôt des actions et des initiatives pro-actives de défense de ces intérêts objectifs de l'Afrique succéder aux réactions d'amour -propre blessé! Et que vive les États-Unis d'Afrique....
J’aimeAfficher plus de réactions
CommenterPartager
25 Rosette Ebede, Eboule Essambe Jules et 23 autres personnes
7 partages
4 commentaires
Commentaires
Ebenezer Njoh Mouelle Quand l'amour-propre est blessé, c'est si facile de se dresser sur ses ergots!

2

Gérer
J’aimeAfficher plus de réactions
• Répondre • 1 j
Maman Lawal Hamissou Thiroma • Ami(e) de Mounkaïla Abdo Laouali Serki
Oui que vive les etats_unis Afrique mais changeons d'abord de mentalité pour gagner le respect des grandes nations

1

Gérer
J’aimeAfficher plus de réactions
• Répondre • 1 j
Louis Paul Soh Espérons, cher professeur, que les égoïsmes nationaux reculerons pour laisser place à une réelle volonté d'union, seul gage des États Unis d'Afrique.

1

Gérer
J’aimeAfficher plus de réactions
• Répondre • 1 j
Ebenezer Njoh Mouelle Évidemment, on ne saurait attendre que les 54 États manifestent la même volonté d'union si demain, un groupe de cinq ou six États proposent, pour commencer, de se définir une politique commune dans deux ou trois secteurs! Des résistances souverainistes...Voir plus
Gérer
J’aimeAfficher plus de réactions
2-MAURICE DJIONGO (Cameroun)  Posté le :1 janvier 2018 à 17:08:21
          présentation de mon livre de philosophie
CHANGER LE CAMEROUN PAR LA PHILOSOPHIE

Professeur,
Il me plait de vous annoncer en ce 1er janvier 2018, un joli bébé philosophique, mon livre intitulé: "CHANGER LE CAMEROUN PAR LA PHILOSOPHIE", ayant pour sous titre " du tribalisme à l’émergence". il s'agit d'une combinaison de 12 de mes articles sur la philosophie sociale, tous accès sur le tribalisme ambiant au Cameroun. initialement prévu pour être titré "Cameroun du conflit des consciences à la communication de consciences", beaucoup de contributions nous ont poussé à baisser le niveau taxonomique pour une large diffusion de cette nouvelle philosophie que nous avons intitulée: "LA PHILOSOPHIE D’INTÉGRATION".


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 14 janvier 2018 à 12:37:27)

          Cher M. Maurice DJIONGO,
J'ai terminé la lecture de votre ouvrage. En votre qualité d'électrotechnicien, vous y traitez la philosophie à l'instar des mathématiques, ce qui fait problème. Avant de vous demander de trouver un moment pour venir en discuter avec moi, je souhaite que vous lisiez l'ouvrage que je viens de publier en septembre dernier et qui s'intitule "Discours sur le Cameroun", ne serait-ce que le chapitre premier intitulé: "L'idée du Cameroun, les ethnies et l’État-nation". A Douala vous pouvez le trouver dans les librairies Matila à Bonanjo ou Lipacam à Akwa. Mais, évidemment, il faudrait lire le livre en entier, car dès le début je traite du Camerounais sous le titre "Le Camerounais existe". Permettez-moi de vous demander de lire ou de relire également le chapitre intitulé « la modernité » de l’Essai sur la signification humaine du développement, « De la médiocrité à l’excellence ».
3-PRISO EBOA P.E (Cameroun)  Posté le :25 décembre 2017 à 13:33:44
          Professeur,
Bonne fête de noël 2017...
J’ai suivi avec intérêt les messes de nuit en musique de Balafon …et j’en profite pour revenir sur votre site …. pour donner mes impressions et susciter votre réaction et/ou celles de vos nombreux lecteurs…
1-Sur les musiques africaines à l’Eglise… Votre position nous fait dire que pour vous, les Balafons...ne sont pas les bienvenus parce que leur SON ne favoriserait pas la concentration pour une meilleure méditation…
Mais c’est pourtant avec ces Balafons que l’Eglise dite réveillée a envahi nos quartiers et maisons en faisant foule ! Et ceux qui s’y engagent évoquent le pasteur Protestant Martin Luther... qui vers 1520 … encourageait déjà une musique proche du profane dans ses 35 cantiques et défendait l’idée de voir les simples gens prêcher la parole de Dieu
( RFi du 24/12)
le Pr condamne-t-il l’Eglise réveillée…1 autre forme de croyance en l’Absolu. Dieu ?

2- Sur le développement durable, la croissance et la pauvreté …
Que faire pour que l'Afrique se singularise dans le concert des nations ?
Nous sommes certainement obligés de suivre ce qui se décide ailleurs pour mieux exister…même si cela nous appauvri plus…même si cela ne nous concerne pas au premier plan ; c’est une question d’intérêt...
Et les consignes sur le réchauffement climatique trouvent des défenseurs dans le milieu universitaire.... RFI hier 23/12 … une université USA publiait une étude sur la relation entre le réchauffement climatique et l’immigration… avec 103 pays enquêtés … en concluant que plus le réchauffement augmente plus l’immigration progresse…. En raison des dégâts du climat et de la rareté des ressources dans les pays de départ...

-3- Sur l’engagement du Philosophe ...nous sommes davantage édifiés et notons la difficulté à tenir les 2 attitudes que vous décriviez à la suite de E Mounier dans une société ; car avoir une posture du politique ou du prophète commande un engagement avec conviction pour ne pas céder aux multiples tentations qui compromettent souvent tout engagement…. dans nos contextes difficiles
N’est-ce pas là justement le défi que devrait relever l’Elite Africaine ?
Mais cette ELITE se caractérise par des positions utilitaires pour se servir. …. Plus grave celle dite Intellectuelle, fait pire aujourd’hui… c’est ce qui inquiète la JEUNESSE et lui renvoie l’image d’un Philosophe seul dans sa posture… pas suivi .

4-Que faire pour améliorer le concept d’équilibre régional quand on sait qu’il est souvent utilisé ou évoqué quand cela arrange les décideurs pour assurer la reproduction(P.Bourdieu) ....le cas de l'IRIC, ENAM ...

5-Sur l’éducation et la professionnalisation…. Votre position qui ressort des propositions pratiques pour les études post-bac est louable. Toutefois, elle nous semble sans grand Echos... pour sonner l’Alarme à la lumière des déperditions observées dans le Monde UNIVERSITAIRE … on ne semble pas vous écouter?

Vous déplorez à raison que nos Éducateurs ne conduisent pas suffisamment au culte de la décision…Mais A QUI LA FAUTE ???

Depuis la réforme de notre Université en 93…. et l’arrivée du LMD…. Nous n’avons pas vu de démarcation franche de nature à inverser les pratiques à…L’UNIV… elle continue de privilégier les savoirs savants.
Pour nous, il est difficile d’implémenter une véritable professionnalisation :
-a-sans élargir de manière significative le corps enseignant aux professionnels ni réserver les 4/5 des Budgets Investissements aux équipements qui accompagnent cette professionnalisation – la solution des ordinateurs montre qu’il y a du fric sans doute mal utilisé !
-b- sans encourager - ou forcer via le numerus clausus- une orientation des étudiants vers ces filières là - C’est curieusement cette année que le MINESUP prévoit d’inciter près de 23% d’étudiants vers ces filières pro - (journée de l'orientation 2017)
A propos des études dans le supérieur…
Le principe du libre choix…auquel vous faites allusion...chez les élèves post-bac... favoriserait- il l’émergence des Hoes de décision ?

La solution que vous esquissez pour les élèves après le Bac avec une année de prépa.. de propédeutique …nous semble plus adaptée pour le Formation dans les Ecoles Normales Supérieures. Nous pensons que l’ENS ou l’ENSET, Polytech doivent être réservées aux étudiants post licence…. Exclusivement et que la FAC serve de tremplin pour TOUS les étudiants.
Il est difficile de comprendre pourquoi les Normalien sont recrutés avec le niveau BAC…et plus difficile encore d’expliquer pourquoi les ENIEG et ENIET recrutent avec le niveau BEPC ou Probatoire…. En France par ex. ce sont les IFM dans les Fac qui forment les enseignants du primaire et du secondaire …et on y sort avec le niveau Maitrise- M-.
La réforme de l’ENS… des Écoles Normales…. N’est -elle pas une Urgence si nous voulons former l'hoe 'créatif' ?

NB: j'ai lu la préoccupation de l'élève postée hier 24/12... ... j'ai le sentiment que ce sont aussi... nos enseignants qui n'arrivent pas à bien transmettre vos idées aux élèves... Combien de profs apprennent aux lycéens de faire des fiches de lecture ou de ressortir des cadres logiques des idées d'un auteur?!
Parfaite considération -/-


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 30 décembre 2017 à 18:06:10)

          Bonjour M. PRISO EBOA,
Comme promis, je vais réagir à présent à toutes vos préoccupations :
1- Les balafons à l’église : Je n’en suis pas partisan. Même s’il y a un concile du Vatican qui a ouvert cette possibilité sous l’appellation de l’inculturation. Pourquoi je ne suis pas d’accord ? Parce que ce syncrétisme ne satisfait pas ceux qui comme moi, entrent dans l’enceinte d’une église ou d’une chapelle, dans l’état d’esprit des personnes qui vont se ressourcer, se recueillir, voire entrer en méditation, avec l’espoir de réaliser une harmonie spirituelle. Or, les balafons ne permettent pas cette concentration, ce recueillement, cette méditation. Vous me dites que les églises de réveil font foule avec çà. Justement, la question est de savoir si ces églises de réveil cherchent autre chose que de faire foule et de rentrer le maximum possible d’argent. Ce sont des entreprises commerciales ; je l’avais déjà écrit en 2007 dans mon « Discours sur la vie quotiodienne » . Elles ne font pas dans la méditation ni le recueillement ; elles ne visent pas à entraîner les paroissiens dans la méditation et la recherche d’une harmonie spirituelle. Elles maintiennent les gens à l’extérieur d’eux-mêmes, dans le monde, au lieu de leur apprendre la voie de l’intériorité. Les cantiques autorisés par Martin Luther ? étaient-ils des airs de danse mondaine ? je ne crois pas.
2- Sur le développement durable : Si vous allez sur mon site, dès la page d’accueil, la rubrique « Mon opinion sur… » vous ouvre la page dans laquelle je traite de cette question. J’évoque les travaux du Club de Rome ( 1968) et de la Commission Bruntland, consécutive à l’organisation par l’ONU du Sommet de Rio sur l’environnement : bref, dit le rapport, si on laisse les pays en voie de développement exploiter les ressources énergétiques et autres comme les puissances industrielles l’ont fait pour leur développement, les générations futures n’auront plus rien et une crise terrible guetterait l’humanité aux environs de l’An 2100 ; Car, si eux aussi se mettaient en tête de vouloir le niveau de vie moyen du Français, par exemple, cela nécessiterait l’existence de 5 planètes Terre, le niveau de vie de l ’Américain moyen, 7 planètes Terre, ce qui ne se peut pas !. C’est pour cela qu’ils devraient se limiter , dans les pays en voie de développement, à simplement « lutter contre la pauvreté » !!! Une expression sortie du Rapport Bruntland et qui voulait dire qu’il faut que nos pays se détournent de la course vers la croissance et la création des richesses. Le titre du rapport du Club de Rome n’était-il pas celui de « Halte à la croissance » ? Il est triste de constater que les Africains répètent ces slogans comme des perroquets, sans même se rendre compte qu’ils sont auto-inhibiteurs. Vous me demandez de dire « ce qu’il faut faire pour que l’Afrique se singularise dans le concert des nations » ? Il faut que ses dirigeants commencent par faire autre chose que d’évoluer chacun pour soi, en l’absence de toute organisation stratégique, et à la superficie des choses.
3- Le réchauffement de la planète ? Il est en lui-même indiscutable ; le problème concerne le mensonge minutieusement organisé et diffusé au sujet de la responsabilité de l’homme dans ce réchauffement de la planète. Le Groupe Intergouvernemental d’Étude du Climat ( GIEC) est un rassemblement de chercheurs commandités dans leurs travaux par les lobbys obscurs et néanmoins connus de ceux qui dirigent le monde. Eux seuls savent de quoi cela retourne. Une autre entourloupe, un autre enfumage pourtant dénoncé par d’autres scientifiques tels que Claude Allègre en France, ou encore un certain Butré qui a écrit sur le sujet un ouvrage intitulé « l’imposture » et dans lequel il considère que cette histoire du réchauffement de la planète est une escroquerie. J’ai aussi découvert sur internet, l’indication selon laquelle 50% des Britanniques ne croient pas à l’effet de l’action de l’homme dans le réchauffement de la planète. Il faut se demander pourquoi les Américains n’avaient déjà pas signé l’Accord de Kyoto et pourquoi aujourd’hui, le nouveau président des États-Unis s’est retiré de la COP 21.
Ici aussi, je ne dis pas que nous serions suffisamment forts pour opposer une résistance victorieuse aux maîtres du monde ; mais cela n’empêche pas que les dirigeants d’Afrique cessent de se comporter comme de grands ignorants. Ils devraient faire savoir qu’ils ne sont pas dupes. Va-t-on démissionner de tout y compris de la simple dignité d’homme responsable de millions et de millions de personnes ? Quand vous parlez de l’élite africaine, qui avez-vous exactement dans l’esprit comme représentants ? Les diplômés des universités ? les animateurs des administrations publiques souvent accusés de corruption ? L’argent, c’est le bien et en même temps le mal, quand il aide à fermer les yeux et la bouche , à gauche et à droite.
Admettez que je ne transforme pas cet échange en une occasion de rédiger un long article. Il reste les questions typiquement camerounaises d’équilibre régional, de la reforme de l’enseignement supérieur intervenue en 1993, de la difficile professionnalisation de cet enseignement : Sur ces questions je vous renvoie à l’ouvrage que je viens de publier et qui s’intitule « Discours sur le Cameroun ». J’ai du reste l’impression que vous l’avez déjà lu. Merci pour votre sollicitation faite dans un esprit constructif qui est aussi celui qui m’anime quand je traite des sujets comme ceux-ci.
4-LEUWE NAYANG ANAïS (Cameroun)  Posté le :24 décembre 2017 à 09:27:01
          Bonjour professeur moi je suis élève au lycée de Mballa II en classe de terminal A4 All et j'aimerai en savoir plus en ce qui concerne la méthode de compréhension de votre oeuvre au programme de terminal. Anaïs leuwe


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 24 décembre 2017 à 17:15:59)

          Ecoutez, je ne sais pas ce que vous entendez par l'expression " la methode de
comprehension"....Cette oeuvre se presente comme une reflexion argumentee. Dans
chaque chapitre je pars d'une interrogation et je conclus le chapitre en donnant une
reponse a la question par laquelle s'ouvre le chapitre. La question unique qui traverse tous
les chapitres est relative a la signification humaine du developpement. Autrement dit , ce
qu'il faudrait comprendre par l'expression qui veut que l'homme soit place au coeur des
preoccupations de developpement. C'est ainsi que j'entreprends de passer en revue
plusieurs hypotheses: le developpement consite-t-il dans le fait de procurer le bonheur a
tous les hommes ou plutot le bien- etre? Serait- ce la liberte? Serait- ce les biens
materiels? Le point de depart dans le chapitre 1 pose le probleme de savoir s'il faut
demander d'entrer dans un projet de developpement a des gens qui considerent qu'ils ont
trouve un mode de vie qui les satisfait. C'est la raison d'etre du premier chapitre intitule :
" Le faux probleme de la pauvrete qui s'ignore". Je prends l'exemple des pygmees qui
preferent leurs conditions de vie aux conditions plus modernes. Et je reponds qu'il faut les
engager dans le processus du developpement pour la bonne raison que la dignite humaine
n'est pas sauvegardee dans les conditions d'existence qui sont les leurs. Et cet exemple
symbolique me permet d'engager la reflexion sur ce qui fait l'humanite ou la sous-
humanite de l'etre humain; les pays sous- developpes avaient- ils raison de de considerer
que le mot d'ordre du developpement representait une sorte de retour a la colonisation? Je
reponds par la negative a cette question. ( ici , il faut lire le chapitre intitule la modernite).
L'argumentation conduit a dire que le veritable objectif du developpement consisterait a
promouvoir l'avenement d'un type d'homme que j'appelle le " creatif" , par opposition au
consommateur passif des productions ou des creations des autres. Le mediocre est ce
consommateur passif, invite a entrer sur le chemin de l'excellence qui n'est pas autre
chose qu'une tournure d'esprit animee par le desir permanent d'amelioration et de
perfectionnement, le partisan du culte de l'effort a l'oppose du partisan des solutions de
facilite et des raccourcis de toutes sortes.
Mon principal conseil est celui- ci: cette oeuvre ne se lit pas comme un roman; elle se lit
un crayon a la main pour noter les idees , les arguments , les conclusions partielles , etc.
Ce qui veut dire qu'il faut le lire en entier , chapitre par chapitre pour en saisir la
coherence et l'unite de preoccupation. Quand vous arretez votre lecture alors que se
deploie une argumentation logique, vous perdez le fil de la construction logique et courez
le risque de ne rien comprendre de ce que vous lisez. C'est helas, l'erreur que commettent
beaucoup de lecteurs, sans exception. Voila! J'espere vous avoir aide quelque peu.
5-PRISO EBOA P .E. (Cameroun)  Posté le :20 décembre 2017 à 22:22:51
          Pr
merci pour la diligence de votre réaction
je ferai une lecture de l'article sur la philosophie personnaliste.... et visiterai davantage votre site pour en savoir plus....
j'avoue ma surprise agréable de voir un Prof... comme vous animer avec méthode son site....ils sont si nombreux ici et au pays qui, dans le monde universitaire, peinent à animer un simple blog!

Parfaite considération
Priso Eboa


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 21 décembre 2017 à 14:34:00)

          Merci encore.
Quelques sujets importants de l'heure pourraient nécessiter que vous sachiez ce que j'en pense. C'est le cas du développement durable et de ses origines, de l'enfumage fait autour de la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement de la planète, des concepts de "lutte contre la pauvreté" introduite chez nous pour faire oublier la création des richesses et la recherche de la croissance. Allez à la rubrique "MON OPINION SUR", dès la page d'accueil ; vous serez orienté.
6-PRISO EBOA P.E. (Cameroun)  Posté le :20 décembre 2017 à 11:42:24
          Professeur,
Bonjour et bonne semaine. c'est avec intérêt que j'ai suivi votre passage à canal 2...alors en stage en Italie.... au depuis quelques jours , je m'emploierai à nouveau à solliciter un RDV.
-1- dans l’arène, J'ai beaucoup apprécié l'allusion au footballeur ...-de l'avant -centre- utilisé pour montrer votre état d'esprit dans le monde de la politique... mais je reste assez curieux de savoir que J.P. Sartre...soit un vos identifiant... car sauf erreur de ma part ...se salir les mains ..dans son approche existentialiste serait normal! Si normal que la philosophie de la vie ferait dire à plus d'un que vous êtes trop propre dans le monde politique pour faire foule...car pour L. Ferry ex Ministre de l'Education...en France... il y a dans ce milieu , un tel décret d'asservissement que toute démarcation serait vouée à l'échec.
J'espère me tromper
-2- A propos du NGONDO...
j'ai lu avec intérêt votre appréhension de 2016 sur le NGONDO... en cause le site.... les rites!
Mais je souhaiterai plus avoir votre avis sur le thème développé pour 2017...Mwayé Pètè... dit-on encore plus de lumière!
Mwayé pètè ... pour qui? pour quoi? Comment? n'est ce pas pour permettre la reproduction en faveur de ceux qui.... depuis...sont aux affaires au pays? quand on sait que le Sawa n'arrive pas à célébrer ses enfants qui ont un nom au delà du triangle national... Au Sénégal par exemple... ils sont en première ligne les enfants qui ont émergé dans les organisations internationales...mais chez nous c'est tout le contraire!

Membre d'un Think Thank '' Siècle des lumières"- Fondation SIECLA"...
Nous sommes curieux de savoir pourquoi la dimension mystico-spirituelle semble vous "tenir à cœur" dans le déroulé du NGONDO qui, nous le déplorons sans le regretter vraiment, est devenu un vaste carnaval -business où les chefs, au nom de la rotation, seraient plus intéressés par les rentrées financières des sponsors que autre chose...au cours de leur mandature.
- NB:petit fils de Doualla Ndoumbè Max ... chef à Bonadibong...et fils de Priso Alauze à bonaboulè-Manganba. proche de Henri Manga...à Bali ...mes parents déploraient déjà ce NGONDO..qui perdait de son mysticisme justement parce qu'ils avaient déclaré la Fatwa sur la Science!!!


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 20 décembre 2017 à 17:28:15)

          Bonjour M. Priso EBOA


Je vous remercie de votre message et me réjouis de faire votre connaissance par le biais d’Internet, en attendant le jour de notre rencontre physique. Nous allons donc évoquer, à la suite de votre questionnement, mon passage récent à l’émission L’Arène de Canal 2 International et le compte rendu que j’ai fait du Ngondo, l’année dernière.
1- Canal 2 : la politique, la propreté, les mains sales
Lorsqu’un jour un internaute me demande : « est-ce qu’une blouse blanche peut sortir indemne d’une porcherie ? », j’ai répondu : Merci pour la blouse blanche. Il incombe une grande responsabilité à celui qui la porte et qui devrait la tenir près de son corps en circulant dans la porcherie pour éviter qu’elle ramasse de la saleté au passage. Ce qui veut dire que pour moi, le politique ne peut pas fuir sa responsabilité. Qui elle-même repose sur la conception de l’engagement politique, non comme un engagement dans le business, (les affaires, l’argent avec tout ce que cela suppose de désirs de gains pour soi-même), mais plutôt comme un engagement à servir la communauté. La salissure selon moi n’est donc pas une fatalité. Elle est évitable. Et tant pis pour le peu de temps chaque fois que le philosophe y séjourne. La marque qu’il laisse dans les esprits est très importante, en termes de maintien des consciences en éveil, ne serait-ce qu’à travers les interrogations perpétuelles : pourquoi si peu de temps ?, etc. Ce n’est pas de Sartre que je réponds en cette matière, mais plutôt du personnalisme d’Emmanuel Mounier traitant de l’homme d’action. Car, c’est de l’action qu’il sagit en politique ; et la politique n’est pas le seul lieu de manifestation de l’action. L’homme est en action tous les jours, dans diverses situations et engrenages susceptibles de poser le même problème de salissure et de propreté ! Vous trouverez sur mon site justement un article intitulé « La philosophie personnaliste et l’engagement politique du philosophe ». Si vous en avez le temps je vous suggèrerais de le lire.
Et puis, ce qu’on considère comme un échec du philosophe en est-il réellement un ? Le plus important ne réside-t-il pas justement dans l’exemplarité de la différence qui se fait en comparaison avec d’autres pratiques considérées comme des réussites ? Des réussites nécessairement individuelles et personnelles et non nécessairement des réussites en termes de services rendus aux populations.
2- Le Ngondo : Je me réjouis de voir que cet article est lu par les concernés et notamment vous-même ! Je m’empresse de vous dire tout de suite que ce n’est pas moi qui tiens à la dimension mystique de cette cérémonie ; je n’ai pas la compétence nécessaire pour demander sa suppression. Je considère seulement que les organisateurs parmi les conservateurs de la tradition continuent de faire une place à ce moment mystique ; eux seuls savent s’il existe encore un réel contenu mystique là-dedans ou non. Je leur propose seulement qu’au cas où ils estiment que c’est toujours nécessaire de maintenir ce moment, qu’ils le ramènent donc à l’aube, au petit matin, là où les Anciens se livraient à cet exercice.
Vous avez vu mes propositions concernant la création d’un festival qui inviterait toutes les autres dimensions culturelles ethniques du pays autour des écoles de danses dont il faudrait encourager la création et qui viendraient défiler et obtenir des prix les distinguant en mérite artistique pour leurs prestations.
Je vous remercie de vous être présenté à moi. Vos familles à Bonadibong( Akwa Douala) et à Bonamnboulé ( Mangamba) ne me sont pas étrangères. Portez-vous bien et bon séjour en Italie.
7-NKOéTAM ZAMBO (Cameroun)  Posté le :18 décembre 2017 à 17:18:37
          Bonsoir très professeur.
J'espère vous allez bien !
Juste vous dire que j'ai terminé la lecture de l'ouvrage"Discours sur le Cameroun..." ouvrage très intéressant et davantage instructif. Merci pour cette très belle parution. Je suis désormais disposé à vous rencontrer comme à l'accoutumé avec avec votre permission.
Je reste enthousiasmé à l'idée de lire les deux autres nouvelles parutions.
Votre, très respectueusement.
Et très cordialement.


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 18 décembre 2017 à 18:04:57)

          Vous pouvez venir jeudi prochain 21 décembre à 11h.
8-MEKOUL ISRAëL JACOB BARUC (Cameroun)  Posté le :11 décembre 2017 à 05:40:25
          Monsieur le Professeur, Ebénézer Njoh-Mouellé

La pratique de la philosophie, à la suite d’éminences grises comme vous, ne peut que prospérer. Elèves, on entendait parlait de vous. Étudiants en philosophie puis normaliens dans notre prestigieuse ENS de Yaoundé, c’est sur vos pas que nous marchons.

Cette belle philosophie connait depuis des lustres un certain essor dans le monde occidental, redevable au dépassement du questionnement sur l’utilité ou non de la philosophie. Avouons que, poser encore la question de la philosophie en terme d’utilité ou non, c’est ne pas avancer dans la vision des « Lumières ». Or le philosophe est un rayon lumineux qui agit au lieu de se demander comment agir.

Tel fut mon vœu en rejoignant le Professeur Edwige Chirouter dans les Rencontres Philosophiques où il était question de faire engager le débat avec les plus jeunes et parfois avec le primaire. La Chaire Unesco de cette pratique à visée philosophique avec les enfants existe et les rencontres de Madame la Coordinatrice pour implémenter cette nouvelle approche tardent à prendre corps au Cameroun, dans notre pays, votre pays, un pays d’intellectuels et de philosophes de renom.
Au contact des collègues des autres pays (Bénin, Sénégal, France, Belgique, Canada…), ma manière d’enseigner, mon rapport aux élèves a changé : l’ENS de Yaoundé, sous la verve des universitaires, et les approches comparatives avec les enseignants de ces pays a permis de me présenter en classes de Terminales, plus comme un arbitre que comme une partie au procès. Certes, on décriera comme c’est le cas à Bengbis, l’absence d’une documentation fournie comme la bibliothèque du Lycée de Mballa II qui m’a formé, mais on relèvera néanmoins, un effort de remédier à ce gap livresque. Inciter les enfants au travail en groupe, à la présentation de leurs travaux sous forme d’exposé, au débat et aux échanges. Dieu merci, l’esprit scolaire des zones reculées est souple et moins contraignant que celui de leurs pairs des milieux urbains. Pour dire, j’ai gagné dans la prise en compte de ces nouvelles pratiques à visée philosophique.
Et c’est un souhait ardent que vous puissiez inviter à la limite de nos rêves Madame la Coordinatrice de la Chaire Unesco de la philosophie avec les enfants pour venir nous en parler, nous édifier comme en ont tiré largement profit, le pays du Professeur Paulin Hountondji.

Ce projet dont j’ai été un acteur ne saurait passer ainsi au-dessus du Cameroun alors que vous représentez l’Afrique à l’Unesco. Certes nos programmes scolaires prévoient d’implémenter la pratique socratique du questionnement philosophique dès le « plus jeune âge », en deça des classes de Terminales, mais inviter au Cameroun, celle qui porte ce projet 2016-2020 ne serait que bénéfique pour nous. D’ailleurs, au moment où on me refusait le visa pour la France pour la période du 8-11 juin 2016, pourtant bénéficiant de tous les papiers de voyage et du billet d’avion Yaoundé-Paris-Nantes et le sens inverse, nos collègues d’Afrique de l’Ouest y étaient présents et n’ont pas tardé à inviter Madame la Coordinatrice pour les édifier sur la philosophie avec les enfants.

Pas de mimétisme. Mais un mimétisme positif, gagnant pour nous serait-il pure illusion ?
A Bengbis, je suis déjà à ma 4e année comme enseignant de Philosophie, on «  se bat » avec les enfants pour apporter de la lumière et que les plus petits de 6e, 5e qui sont les plus actifs à la bibliothèque parlent de philosophie, vaguement, mais certainement est déjà une invite à donner de façon claire les contours d’une pratique philosophique avec les plus jeunes, qui ne saurait plus trop attendre.

Le Cercaphi restera la branche adulte des pratiques philosophiques au Cameroun et il faut déjà un laboratoire pour mettre en place cette expertise des pratiques philosophiques avec les enfants. Un haut cadre au Ministère des Enseignements Secondaires et quelques esprits, parmi moi, avions pensé à viabiliser cette idée de pratique à visée philosophique par le biais de la création d’une association. Cette association a un statut et un règlement intérieur. Faut juste qu’on aille vers sa légalisation. Je pense aussi que, même si le MINESEC et le MINEDUB insèrent ces pratiques dans nos programmes scolaires, avoir une équipe, soutenue par l’Unesco, je voudrais dire par le Professeur Edwige Chirouter, Coordinatrice de la Chaire Unesco des pratiques de la philosophie avec les enfants ne serait qu’un adjuvant dans notre effort de préparer le futur citoyen camerounais.
Moi sans doute comme de nombreux jeunes enseignants camerounais et homme de culture ou politique sont fiers de vous et veulent suivre vos pas. C’est de l’Etre dont il a toujours été question dans toute l’histoire humaine. Les biens matériels ne servent qu’à permettre au centre, c’est-à-dire à l’Etre de s’épanouir.

Croyant que depuis Socrate-Platon, le philosophe est un phare pour ses semblables, j’essaie de donner du mien pour faire abandonner au commun des mortels l’idée assez rétrograde du philosophe éloigné des préoccupations urgentes de son temps. Loin de plus en plus l’idée d’une philosophie sans nécessité sociale. Loin de plus en plus d’une discipline aux savants « bizarres ».
J’avais initié toujours dans l’effectivité de cette pratique à visée philosophie des échanges épistolaires avec le Dr. Heinzen de Suisse. Le projet a commencé. Sauf que à Bengbis, sans accès à Internet, mes élèves n’ont pas pu échanger avec leurs pairs de Suisse. Le projet n’est pas mort. Il manque des financements ; mais avec le temps qui passe, un tel projet risquerait de s’éteindre comme un feu sans charbon. Au grand désarroi de tout le monde.
Professeur, comment rendre la philosophie populaire comme c’était le souhait de Diderot. On cherche des pistes. On compte aussi sur votre appui pour que de petits rêves formés dans un lycée n’y restent guère. Qu’ils soient portés par des visionnaires afin d’être bénéfiques à toute la chaîne éducative.

Monsieur le Ministre des Enseignants Secondaires convie à une modernisation des enseignements par sa professionnalisation. Que l’enfant devienne le centre de l’enjeu du projet éducatif ne serait que bénéfique. Qu’il ne fasse pas uniquement la philosophie pour le Baccalauréat mais comme mode de vie dans leur vie quotidienne permettrait à ces enfants de trouver des repères. Que la philosophie donne à l’élève des outils pour s’adapter, s’insérer, réussir et aider les autres passe par une nouvelle manière de dialoguer avec les élèves.

Les nouvelles pratiques à visée philosophique constituent une part de la mise en œuvre de cette professionnalisation de nos enseignements.

Toute ma considération. Bonne et heureuse année 2018.

Mekoul Israel Jacob Baruc
PLEG de Philosophie au Lycée de Bengbis
Doctorant en Droit privé
Tél : 699 33 33 63 / 670 73 82 88


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 12 décembre 2017 à 14:43:17)

          Bonjour M. Mekoul.
Je soutiens toute la plaidoirie que vous venez de développer ici concernant l’introduction de la pratique philosophique avant la classe de Terminale. Dans mon ouvrage intitulé « Discours sur la vie quotidienne », je soutiens l’idée d’introduire la philosophie sous la forme légère de l’initiation à l’art de penser de façon méthodique à partir de la classe de seconde. J’approuve donc entièrement ce que fait la Chaire de Philosophie coordonnée par le Professeur Edwige Chirouter
Je suis persuadé que vous venez de temps en temps à Yaoundé. Je serais heureux de votre visite, si vous séjournez quelques jours dans la capitale. Il suffit de m’en avertir en laissant un message sur ce site et je vous appellerai pour indiquer le chemin conduisant à mon domicile.
Merci pour les vœux de bonne année que vous m’adressez. J’en forme d’identiques pour vous-même et tous ceux qui vous sont chers.
9-NGNEPI SANSI LOIC (Cameroun)  Posté le :10 décembre 2017 à 22:21:35
          Bonsoir Professeur,
À l'instant, je suis votre échange à l'émission l'Arene de Canal2.
J'ai apprécié quelques positions. Notamment celle sur la multitude de parti politique ayant souvent des noms relatifs à des associations.. Ensuite, celle sur le mode de désignation du Président de la République qui devrait se faire par des assemblées regionales.. J'ai aussi aimé votre position sur la rotation républicaine du pouvoir exécutif et non ethnique, comme promeut le Prof Owona J.

Par ailleurs, comme disait le journaliste, ont vous entend peu sur les crises qui touchent le pays. J'aimerai bien vous voir sortir la casquette de philosophe, d'homme politique et de parler comme l'intellectuel éclairé que vous êtes.

Merci

NGNEPI SANSI LOIC (Fils NGNEPI le philosophe)
Etudiant en Sécurité Informatique
Master professionnel UY1.


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 12 décembre 2017 à 14:15:02)

          Bonjour Loïc Sansi NGNEPI.
Je vous remercie de votre réaction positive à ce que vous m'avez entendu dire dimanche soir lors de mon passage à l'émission de Canal 2 International baptisée L'Arène. La question posée par le journaliste concernant la différence entre Eboussi Boulaga et moi-même portait sur un aspect marginal, la clarté ou l'hermétisme du philosophe. S'il m'avait interrogé sur la différence dans nos orientations, j'aurais eu à lui dire que j'ai développé une philosophie du développement au moment où tous les autres s’occupaient de la question de l’existence ou non d’une philosophie africaine traditionnelle. Des mémoires académiques se rédigent depuis longtemps par des étudiants sur ma conception du développement centré sur l’homme, tant à Yaoundé qu’à Ouagadougou et Abidjan, pour ne mentionner les pays dont les étudiants sont entrés en conatct avec moi sur le ^résent site web.. Une journée d’étude qui fut consacrée à mon œuvre en 2013 a même donné lieu à la publication par les éditions CLE d’un ouvrage collectif intitulé « Njoh Mouelle, Penseur du développement et de la politique ». Guillaume Henri Ngnepi fait partie des contributeurs avec un texte intitulé « Le créativisme dans la pensée de NJOH MOUELLE ». Merci encore.
10-MEKOUL ISRAëL JACOB BARUC (Cameroun)  Posté le :7 décembre 2017 à 03:53:36
          Bonsoir Professeur,

Depuis 2015 où je suis affecté comme prof de philo à BENGBIS, la philosophie est sortie dans la ville. Les enfants de 6e ou 5e en parlent dans les blagues et dans la bibliothèque.

Dans la ville, le prof de philo, autrefois, risée et satisfaisant les anecdotes fantasmagoriques de nos pères antiques s'illustre par ses costumes, chemises et cravates des diplomates.

La philosophie s'impose et le regard a changé.

La commune et moi n'avions pas pu réaliser le rêve par des actions sociales, mais à cette heure, l'exclusivité des Tles ne porte que sur les enseignements théoriques, mais la vision générale a changé
Et je crois, 4 années après, d'avoir essayé de populariser la philosophie et de rester dans l'esprit de notre Chaire UNESCO.

Bonne soirée

MEKOUL israël Jacob Baruc
Enseignant de Philosophie
Lycée de BENGBIS et Lycée Technique.
Doctorant en Droit Privé
Tel.699333363 / 670737288


REPONSE De Njoh Mouelle
 (le 8 décembre 2017 à 21:41:19)

          Bonsoir cher Mekoul Israel Jacob. Je suis content de vous lire apres une interruption que
vous- meme signalez. Je recois egalement avec plaisir la nouvelle relative au changement
positif du regard que portent desormais les gens de Bengbis sur la philosophie et les
philosophes. Vous y avez contribue, par votre votre presentation physique. Recevez mes
chaleureuses felicitations pour cette performance. Je vous adresse par anticipation mes
bons voeux pour un joyeux Noel et une bonne annee 2018.
page 1 sur 162
Que Signaler?
Vote
Réfléchissons-y...
LES YORUBAS DISENT: "LA POULE MANGE DES GRAINS DE MAÏS, BOIT DE L'EAU ET AVALE DES CAILLOUX. CEPENDANT ELLE SE PLAINT DE NE PAS AVOIR DE DENTS; SI ELLE AVAIT DES DENTS, MANGERAIT-ELLE DE L'OR? QU'ELLE S'ADRESSE PLUTÔT A LA VACHE QUI POSSÈDE DES DENTS MAIS BROUTE DE L'HERBE!
Vote
colloque de philosophie
Faits et gestes
Vote
Sondage
QU'AVEZ-VOUS FAIT DES TEXTES TELECHARGES?
Lus et classés
Lus, jugés intéressants et exploités
Lus et fait lire par d'autres
(C)octobre 2007 Réalisation BDSOFT